Trump à Londres: une centaine de manifestants devant le palais de Buckingham

Tandis que Donald Trump était reçu en grande pompe par la famille royale au palais de Buckingham, ce lundi 3 juin, à quelques mètres de là, à l’extérieur, les manifestants contre la venue du président américain faisaient une répétition générale avant un grand rassemblement ce mardi.

Ils n’étaient peut-être que quelques centaines de manifestants massés près des grilles de Buckingham, mais munis de casseroles, de sifflets et de cymbales, ils se sont fait entendre haut et clair :

« Nous ne devrions pas accueillir quelqu’un qui se vante de tripoter les femmes et je ne pense pas qu’il devrait venir ici nous dire comment gérer notre pays et quel Premier ministre choisir », lance une femme.

« En tant qu’Américain vivant au Royaume-Uni je me sentais obligé de venir, car je condamne fermement les idées de ce président qui divisent les gens. Je ne comprends pas pourquoi Theresa May l’a invité. On met en avant les échanges commerciaux, mais si nous sortons de l’UE nous ne serons pas en position de force de toute façon », fait remarquer un homme.

« Je plains la reine vraiment. Je crois qu’elle le reçoit en serrant les dents et je pense que ça la réconfortera de nous savoir sous ses fenêtres et qu’elle sera fière de nous », ajoute une jeune manifestante.

Et les opposants à Donald Trump préviennent que ce n’est qu’un prélude, promettant une démonstration de force sans précédent ce mardi à Trafalgar Square alors que plusieurs centaines de milliers de protestataires venus de tout le pays entendent exprimer un rejet assourdissant de la politique et la personnalité du 45e président américain.

Avant le banquet, la reine Élisabeth II a tenu à saluer la venue de ses hôtes américains, rappelant l’importance de la fameuse « relation spéciale ». Mais de manière voilée et assez inhabituelle pour la reine qui reste toujours apolitique, Élisabeth II a pourtant insisté sur l’importance d’institutions internationales comme l’Otan dont Donald Trump a fait peu de cas.

« La visite de présidents américains nous rappelle toujours la longue amitié qui lie le Royaume-Uni et les États Unis et je suis heureuse que nous ayons une nouvelle occasion de démontrer l’immense importance que nos deux pays attachent à cette relation. Alors que nous faisons face aux nouveaux défis du 21e siècle, l’anniversaire du Jour J nous rappelle tout ce que nous avons accompli ensemble. Après les sacrifices communs de la Seconde Guerre mondiale, la Grande-Bretagne et les USA ont travaillé avec d’autres alliés pour fonder un ensemble d’institutions internationales pour faire en sorte que les horreurs de la guerre ne seraient jamais répétées. Bien que le monde ait changé, nous restons malgré tout très conscients de l’utilité de ces structures : des nations travaillant ensemble pour sauvegarder une paix durement acquise. »

Lors du banquet d’État à Buckingham Palace, un Donald Trump débordant d’émotion et de gratitude a fait une véritable déclaration d’amour et d’admiration à la reine Élisabeth II.

« Votre Majesté, Melania et moi sommes profondément honorés d’être vos hôtes durant cette visite d’État historique. Merci pour votre accueil chaleureux, pour ce temps magnifique, votre généreuse hospitalité et les presque soixante-dix années d’une amitié que nous chérissons. De la Seconde Guerre mondiale jusqu’à aujourd’hui, Sa Majesté est restée le symbole constant de ces traditions précieuses. Elle a personnifié l’esprit de dignité, devoir et patriotisme qui bat fièrement dans chaque cœur britannique. Au nom de tous les Américains, je propose un toast à l’amitié éternelle de nos peuples, la vitalité de nos nations et au long et précieux règne, vraiment remarquable, de Sa Majesté la reine. »

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
12 ⁄ 3 =