« 85% dans le Dôme Floor » : Moustapha Niasse répond à Clédor Sène

Le bloc du Dôme Floor, situé en Casamance, appartiendrait à 85% à Moustapha Niasse à travers une société dénommée Oryx Petrolium. L’affirmation est de Clédor Sène. Qui vient d’être démenti le président de l’Assemblée nationale. Voici l’intégralité de sa réponse.

« Depuis hier, dimanche 9 juin 2019, des bricoleurs de la désinformation ont eu recours à une voix en porte-à-faux avec nos valeurs, pour tenter de faire croire que je possède 85% d’un bloc pétrolier du Dôme Flore, en Casamance et au large de la Guinée-Bissau, par l’intermédiaire d’une société dénommée Oryx Petrolium.

Il y a lieu de préciser ce qui suit : La société Oryx Petrolium, a été créée en 2010, d’après mes investigations immédiatement entreprises, après cette annonce pour le moins saugrenue. Je ne fais pas partie des actionnaires de cette Société et j’ignorais, jusqu’à hier, son existence. Je dois rappeler que depuis juillet 2012, après mon élection à la Présidence de l’Assemblée nationale, et conformément à la loi, -par acte notarié-, je n’exerce aucune fonction d’administrateur ou de dirigeant d’une société privée, ni au Sénégal, ni à l’Etranger.

Une personne physique ou une personne morale ne peut posséder un bloc pétrolier, ni partiellement, ni totalement. Aucun bloc pétrolier, faisant l’objet d’une attribution de concession de recherches ne peut guère être soumis à des transactions de nature patrimoniale. Les gisements de pétrole ou de gaz relèvent de l’autorité exclusive des Etats, qui exercent leur souveraineté sur l’espace concerné, délimité par une longitude et une latitude données.

En conséquence de quoi, ce qui a été publié, pour m’attribuer 85% d’un bloc pétrolier au Sénégal, est une contre-vérité manifeste, où l’ignorance se bouscule avec la volonté de nuire. Oui, lorsque j’ai quitté le Gouvernement en 1984, je me suis investi entièrement dans le secteur privé, et dans la transparence permanente. J’y ai réussi, par la grâce de Dieu.

Mon mouchoir blanc reste immaculé, au grand dam de ceux-là qui, après une avalanche de défaites électorales depuis 2012, sont en train de dérouler désespérément une stratégie globale de déstabilisation, à l’entame d’un dialogue national porteur d’espoir, pour tous les patriotes soucieux de l’intérêt général et de l’avenir de notre pays. »

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
27 + 11 =